RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

ADNET Paul

ADNET Paul  (Jean-Baptiste André)

 

GARDIEN au dépot  de Besançon (25)

 

Date de naissance : 26 octobre 1901

Lieu de naissance : NEVERS  (58)

Date de décès : décédé en 1945

Lieu de décès : Bergen-Belsen (Allemagne).

Circonstances : mort après déportation

Enregistré sous le matricule 38508 à NEUENGAMME

 

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

Notre Métier n° 42 novembre  1946  (nom du magasine La Vie du Rail d'aujourd'hui)

Livre Mémorial FMD

28 janvier 1988 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE page 01385

 

 

Gardien à Besançon Région Sud Est.

Arrêté le 28 avril 1944, transféré à Compiègne

Déporté le 4 juin 1944 de Compiègne  à Neuengamme Matricule  38508.arrivée le 07 juin 1944

Transféré à Bergen-Belsen noté «  libéré » 19 avril 1945  mais décédé ce jour

 

*

*   *

 

Note contradictoire dans le journal Notre Métier => Disparu, non rentré en novembre 1946.

Sources « journal « notre métier » de novembre  1946.

 

 

 

 

Page 788 : TRANSPORT I 223 du tome 2 du livre mémorial de la FMD

 

 

ADNET Paul

Né le 26 octobre 1901 à Nevers (Nièvre) – Disparu avant son rapatriement en avril 1945 à Bergen-Belsen (Allemagne).

Marié, père d’un enfant, Paul (Jean-Baptiste, André) Adnet est pendant l’Occupation gardien au dépôt de Besançon (Doubs). En 1941, il rejoint les rangs du Front national. Il participe à plusieurs distributions de tracts au sein du groupe Guy-Môcquet. Selon des rapports établis après la guerre par la préfecture du Doubs, grâce à son poste à la SNCF il aurait aidé des prisonniers de guerre évadés à passer en zone sud et peut-être participé à des sabotages ferroviaires. C’est cette action clandestine qui provoque sans doute son arrestation, le 28 avril 1944, par la police allemande, à son domicile. Interné à Besançon, il est rapidement transféré au Frontstalag 122 de Compiègne-Royallieu le 1er juin. À peine quatre jours plus tard, il est déporté au camp de Neuengamme où il arrive alors que le débarquement de Normandie vient d’avoir lieu. Évacué en 1945 à Bergen-Belsen, il y est libéré le 15 avril 1945, avant de disparaître du fait de son état de faiblesse dans le vaste mouroir qu’était devenu ce camp.

La mention « Mort pour la France » a été apposée sur son acte de décès. Le titre de Déporté résistant lui a été accordé en septembre 1955. La SNCF a inscrit son nom sur l’imposant monument aux morts de la gare de Besançon. 

 

Véronique Desormeaux, Thomas Fontaine

 

Sources : SNCF CXXX.7.2 118 LM 120/9 ; SHD DAVCC, 21 P 416846 ; RM ; CGC ; FMD.

 

Livre : CHEMINOTS VICTIMES DE LA RÉPRESSION 1940-1945 MÉMORIAL PERRIN / SNCF



30/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres