RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

SURIER Henri

SURIER Henri

Cheminot au Dépôt de  MIGENNES (89)

 

Date de naissance : 7 avril 1904

Lieu de naissance : CHATEL-CENSOIR (89)

Date de décès : 11 mai 1944

Lieu de décès : AUXERRE (89)

Circonstances : Mort sous la torture

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :


Merci à Guy Surier neveu  d Henri Surier   ( ajout du 6 août 2012)

 

Le Maitron => Cheminots et Militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire, sous la direction de Marie-Louise GOERGEN, Collection Jean MAITRON (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Les Editions de l'Atelier, 2003

Porté sur la plaque commémorative du pignon Paris de la gare de Laroche-Migennes,
Porté sur la plaque commémorative du 1er arrondissement EX située sur le palier du 1er étage de l'escalier A en gare de Paris-Lyon

 

 

 

SURIER Henri.

Né le 7 avril 1904 à Châtel-Censoir (Yonne), mort le 11 mai 1944 à Auxerre (Yonne) ; cheminot ; résistant.

Début 1942, Henri Surier reconstitua au dépôt de Migennes (Yonne) une organisation syndicale CGT-Vie ouvrière. À l'arrivée de Louis Riglet, il intégra son réseau de sabotage. Arrêté, il mourut le 11 mai 1944 sans avoir parlé, malgré la torture. Le chef de la Sicherheitspolizei d'Auxerre déclara qu'il était mort « à la suite d'une embolie provenant d'une émotion ».

Henri Surier s'était marié avec Maria Besse puis, veuf, s'était remarié avec Josette Rifler. Déclaré « mort pour la France », la municipalité de Migennes donna son nom à une rue de la ville en 1946.

SOURCES : Notes de Pierre Vincent. — Jugement déclaratif de décès.

Pierre Vincent



21/02/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 116 autres membres