RAIL et MEMOIRE

RAIL et MEMOIRE

AUBERTIN Geneviève

AUBERTIN Geneviève Louise

 

Cheminote auxiliaire

 

Date de naissance : 03 Janvier 1921

Lieu de naissance : RAMBACOURT (55)

Date de décès : 22 août 1944

Lieu de décès : AUBERIVE (52) 

Circonstances : Torturée puis exécutée

 

 

 

 

 

Méthode  de recherche Rail & Mémoire pour cette notice :

 

 

Contacts personnels avec les familles

Bulletin de liaison des professeurs d'histoire géo de l'académie de Reims n° 32 mars 2004 article p 39 sur le web

Mémorial GENWEB http://www.memorial-genweb.org/html/fr

 

 

 

 

 

Geneviève AUBERTIN était Agent SNCF et Agent de liaison FFI – elle sera torturée, violée, puis exécutée,  d'un coup de fusil par un cosaque (armée Vlassoff ?)  , près de la chapelle Saint-Rémy

 

 

« Agent de liaison du Maquis d'Auberive, Suzanne LAMY BRET est l'épouse du Lieutenant Lamy (Chef du Maquis de VIVEY) Née BRET, reposent tous les deux au cimetière de Leuglay (21) - chef de gare de Vivey-Chalmessin (ligne disparue: Poinson-Beneuvre à Langres) Suzanne LAMY BRET et Genevieve Aubertin, intercepté au carrefour "guidon de Vivey". leurs bicyclette jetée par-dessus le talus, elles furent emmenée à travers une sapinière aujourd'hui disparu jusqu'à la chapelle St Remy. elles furent torturées à mort totalement méconnaissables, violées, et finalement fusillées. Crimes attribué aux russes blancs stationnés à Auberive, version contesté par les autorités Allemande Une autre version circule, mais aucun témoins directs »

source : contacts personnels avec Isabelle AUBERTIN et Laurent BRET voir fiche LAMY BRET

 

voir notice Suzanne LAMY-BRET (cliquez)

 

 

 

 

la stele à 3.5 km d'Auberive 52160  au bord de la D20 et embranchement de la D129 conduisant à Vivey.

 

Photo Jean Michel CARRÉ (correspondant Rail & Mémoire)

 

Photo Jean Michel CARRÉ (correspondant Rail & Mémoire)

 

« Aux camarades FFI tombés ici pour la libération de la Patrie. »

 

 

 

 

Et le monument aux morts d'auberive

http://www.memorial-genweb.org/html/fr/resultcommune.php3?id_source=30282&ntable=bp05

 

 

 

 

monument de Chalindrey 52600

 

http://www.memorial-genweb.org/html/fr/resultcommune.php3?id_source=15344&ntable=bp03

 

 

 

 

monument de flagey 52250

http://www.memorial-genweb.org/html/fr/resultcommune.php3?id_source=13165&ntable=bp02

 

 

 

AUBERTIN Geneviève

Née le 3 janvier 1921 à Rambucourt (Meuse) – Exécutée le 22 août 1944 à Auberive (Haute-Marne).

Geneviève (Louise) Aubertin est la fille d’agents du chemin de fer. Sa mère était gérante de la petite gare d’Aprey-Flagey (Haute-Marne) sur la ligne de Poinson-Beneuvre à Langres, exploitée pour la Compagnie de l’Est puis pour la SNCF par la Société générale des chemins de fer économiques (SE), et son père chef de canton dans cette même localité proche d’Auberive. Début septembre 1939, elle travaille à la SE, sur le réseau départemental de la Meuse, où elle occupe un poste de chef de halte jusqu’en juin 1940, date à laquelle elle est contrainte de partir en exode. Début mai 1943, elle est admise comme auxiliaire de bureau à la gare de Paris-La Villette et réside après son embauche au 113, rue de Chelles, à Vaires, chez son oncle, également employé de la SNCF. Elle passe en janvier 1944 son brevet de secouriste. En mars 1944, elle obtient un arrêt maladie d’un mois, mais ne revient pas à son poste. Selon sa famille, elle rejoint alors les FFI de la Haute-Marne et devient agent de liaison du maquis d’Auberive. Le 22 août, elle est arrêtée en compagnie de Suzanne Lamy-Bret*, lors d’une mission, au carrefour Guidon-de-Vivey, par des soldats d’une unité allemande. Leurs bicyclettes sont abandonnées à côté du talus. Elles sont ensuite emmenées jusqu’à la chapelle Saint-Rémy où elles sont torturées et violées. Les corps, affreusement mutilés, sont découverts deux jours après le massacre par un jeune berger.

La mention « Mort pour la France » est apposée sur son acte de décès. Elle est décorée de la Croix de guerre et le titre d’Interné résistant lui est attribué. Le nom de Geneviève Aubertin figure sur la plaque à la mémoire des agents du réseau de l’Est, dans la crypte du souvenir de la gare de Paris-Est, et sur de nombreux monuments à Auberive, Chalindrey, Flagey et Rambucourt.

Hervé Barthélémy, Véronique Desormeaux

Sources : SNCF, 2006/020/EST/73/17 ; SNCF, 0129BZ0039/011 ; SHD DAVCC, 21 P 10053 ; RM ; CGC.

 

 

 

 

Livre : CHEMINOTS VICTIMES DE LA RÉPRESSION 1940-1945 MÉMORIAL PERRIN / SNCF



25/05/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres